Aller au contenu

Peut-on conduire après avoir consommé du CBD ?

Le blog du Génie - Genius CBD

Le CBD est connu pour ses propriétés relaxantes, mais est encore très souvent confondu avec le THC. Et le flou qui réside dans la loi qui encadre les produits qui en contiennent n’arrange pas les choses. Il est alors normal de se demander si CBD et conduite font bon ménage, et de se questionner sur les risques liés à la conduite dans le cadre d’une consommation de produits à base de CBD.

Les effets du CBD :

Pour ceux et celles qui ne le savent pas encore, il est important de préciser que le cannabidiol (CBD) ne procure pas d’effet psychotrope, c’est-à-dire qu’il ne défonce pas la personne qui en consomme. Il s’agit d’une molécule qui est relativement sans danger. Pour autant, il faut tout de même être attentif·ve à certains aspects dans le cadre de sa consommation. Notamment en ce qui concerne les effets ressentis.

Pourquoi consomme-t-on du CBD ?

Le CBD agit sur le système qui régule notre homéostasie, et de ce fait il apporte de nombreux bienfaits à l’organisme. Parmi les avantages que l’on peut tirer de sa consommation, on peut citer entre autres : 

  • La réduction de la douleur : qu’elle soit ponctuelle ou chronique
  • L’amélioration de la qualité du sommeil
  • La résorption des problèmes de peau
  • La réduction du stress et de l’anxiété

 

Mais l’effet qui est le plus souvent recherché par les consommateurs est la détente. En effet, le CBD va se fixer sur les récepteurs du système nerveux central et va permettre d’augmenter le niveau de GABA et d’anadamine. 

Le GABA (acide gamma-aminobutyrique) en tant que neurotransmetteur inhibiteur va freiner la transmission des signaux nerveux et ainsi baisser l’activité nerveuse des neurones sur lesquelles il se fixe.

L’anandamide (N-arachidonoylethanolamide) est un neurotransmetteur impliqué dans la régulation de l’humeur, de la douleur, de la mémoire, de l’appétit, etc.

Ainsi, on comprend que le CBD peut avoir une action sur diverses fonctions de notre organisme, mais également sur notre activité cérébrale.

Le CBD présente-t-il des effets secondaires ?

Il est très rare que la consommation de CDB entraîne des effets secondaires négatifs, et quand bien même il y en aurait ceux-ci sont généralement légers et tout à fait gérables. 

Cela peut se traduire par de la somnolence, mais dans de rares cas il peut également y avoir des nausées ou des vomissements. Et cela se produit souvent en cas de consommation d’une dose importante pour notre organisme. C’est la raison pour laquelle il est important de respecter la posologie recommandée qui est généralement mentionnée sur le produit, ou à défaut sur la fiche produit qui est présente sur le site internet de la marque. Il peut également s’agir de commencer par de petites doses et de les augmenter progressivement si on en ressent le besoin. 

Mais chaque organisme réagit différemment, et il n’est donc pas totalement impossible d’avoir quelques effets secondaires.

La loi sur le CBD :

Qu’on ait effectué quelques recherches sur le CBD, ou qu’on ait lu des dizaines d’articles sur le sujet, la loi qui entoure cette molécule et les produits qui la contiennent reste très floue, en tout cas en France. Même les professionnels du secteur ont parfois du mal à s’y retrouver.

Pour commencer, quelle est la loi qui entoure le CBD indépendamment de la conduite ? 

Le CBD est bel et bien légal ! Le THC (Tétrahydrocannabinol) quant à lui, qui est la molécule du cannabis responsable des effets dits planants est illégal. Il est cependant presque impossible d’obtenir des plants de cannabis CBD qui ne contiennent aucune trace de THC. Ainsi, le taux de THC présent dans les produits finis au CBD est limité à 0,2% par la loi.

Il est important de préciser que ce taux extrêmement faible ne conduit pas à des effets psychotropes.

S’il a fallu plusieurs années pour éclaircir un peu le sujet de la légalité des produits à base de CBD, cela n’est pas encore le cas pour tous les aspects de sa consommation.

En termes de CDB et conduite, il n’y a pas de texte de loi qui interdise formellement la conduite sous CBD. On pourrait alors partir du principe que si ce n’est pas interdit c’est permis. Mais en pratique ce n’est pas aussi simple que ça…

Peut-on conduire après avoir pris du CBD ?

Contrôle de police et CBD :

Le premier postulat est que, bien que le CBD soit autorisé le THC ne l’est pas. Et comme nous l’avons mentionné plus haut, la plupart des produits contiennent quelques traces de THC qui peuvent aller jusqu’à 0,2%. Si cette quantité n’est pas suffisante pour être défoncé·e, elle est tout de même détectable lors d’un contrôle de police.

En effet, le CBD n’est ni recherché ni détectable lors d’un test salivaire. C’est bien le THC !

J’aimerai bien pouvoir affirmer qu’en cas de test positif au THC lors d’un contrôle de police, la solution est simple : brandir sa facture d’achat de produit CBD ainsi que le certificat d’analyse correspondant attestant du taux de CBD inférieur à 0,2%, donc conforme à la réglementation. Une solution un peu plus complexe pourrait même être de demander aux autorités une contre analyse plus poussée. Eh oui, c’est dans votre droit !

Mais en pratique ce n’est pas si simple. Le cannabis est encore très mal vu en France surtout par le gouvernement, et donc par les autorités également. Et le CBD est englobé dans cet amalgame. Il est alors possible se retrouver face à un·e policier·e qui n’a aucun scrupule à appliquer les sanctions correspondantes. De plus, demander une contre analyse, même si cela s’avère donner raison, cela coûtera également du temps, de l’énergie, et probablement un peu de stress. 

Pour éviter toutes ces tracasseries, nous recommandons dans la mesure du possible de ne pas conduire après avoir consommé du CBD.

Pour rappel, le THC reste présent environ 6h dans l’organisme. Si tu as une consommation régulière de CBD et que tu prends régulièrement le volant, nous te recommandons alors d’en consommer plutôt le soir, ou du moins plusieurs heures avant de conduire. 

Tu vas me dire que tu as une solution toute prête à ce problème : les produits à base de CBD isolat, c’est-à-dire qui ne contiennent aucune trace de THC. Alors, oui, cela peut être une solution pour échapper à un test positif en cas de contrôle. Mais pas si vite, cette solution n’est pas non plus totalement sans danger.

CBD et conduite : quels sont les risques ?

Hormis le risque d’amende ou de perte de points en cas de contrôle par la police, conduire après avoir consommé du CBD n’est pas non plus très prudent pour soi et pour les autres.

En effet, le CBD permet de se détendre, ce qui se traduit entre autres par un relâchement des muscles et une baisse de la concentration. Ainsi, les réflexes de conduite qu’on a généralement ne sont plus optimaux, et le risque d’accident est alors plus élevé. 

Ainsi, consommer des produits au CBD qui ne contiennent aucune trace de THC permettrait certes d’éviter des conséquences en cas de contrôle par la police, mais cela n’enlève pas le risque de somnolence et de baisse de la concentration induit par le CBD lui-même.

Nous restons alors convaincu·e·s que la meilleure solution reste d’attendre plusieurs heures avant de conduire. Et dans ce cas, il faut également tenir compte du temps d’action, qui peut varier selon le mode de consommation. S’il s’agit d’un produit qui doit être digéré (gélules, infusions), il faudra attendre environ 1h avant que les effets ne se fassent sentir.

Le CBD ne donnant pas lieu à des effets psychotropes, il ne présente à priori pas grand risque en cas de conduite. Mais il peut entraîner de la somnolence et une baisse de la concentration, ce qui constitue un danger de sécurité routière. De plus, la présence de THC en faible quantité dans certains produits ajoute un risque supplémentaire de test positif en cas de contrôle par la police. Ainsi si tu as consommé du CBD, nous te recommandons plutôt d’attendre quelques heures avant de prendre le volant.

Laisser un commentaire

Tu as aimé ? Fais tourner !

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Retrouve les autres articles du Génie